Painter 2016

Depuis quelques années, les éditeurs se font un devoir de sortir une nouvelle version de chacun de leur soft phare. Corel ne fait pas exception, un an après la dernière mise à jour, Corel Painter 2016 est lancé à grand bruit de nouveauté révolutionnaire et de performances toujours en hausses. Alors, cette nouvelle version est-elle aussi brillante qu’on nous le dit ?

Painter 2016 par Corel

C’est devenu une stratégie commerciale, laisser le minimum de champs d’action à la concurrence, en mettant la pression sur les avancées technologiques en offrant des mises à jour majeures avec un calendrier défini. Adobe et Apple furent les premiers à s’inscrire dans cette stratégie, et l’arrivée des services dans le nuage, ont mis la barre un cran au-dessus, en offrant les nouveautés dès quelles sont disponibles, fini les dates anniversaires, vous avez toujours la dernière version en échange d’un abonnement. Revers de la médaille, lorsque vous résiliez votre abonnement vous n’avez plus rien. Mais choisir entre un abonnement ou l’achat d’une application est un autre sujet. Revenons-en à la dernière version de Painter.

Comme je le disais, tous les ans, Corel, sort une version de Painter, et chaque année, nous nous demandons si cela sera pertinent d’investir dans celle-ci.

L’année dernière j’avais testé pour vous la version 2015, l’article est ici. Et j’avais encouragé les artistes que vous êtes à franchir le pas, tellement les améliorations et les nouveautés étaient intéressantes et productives en termes de flux de travail. Qu’en est-il de cette version ? Et bien je vais essayer de vous éclairer pour vous aider à vous positionner sur cette version.

Les styles spéciaux

Il est dorénavant possible de combiner certains styles qui n’étaient pas compatibles avant. Par exemple vous pouvez combiner des styles de particules avec de l’aquarelle réaliste, des encres liquides et empâtements et mélanger différents supports pour créer de nouveaux styles.

Taches dynamiques

De nouveaux styles vous permettant de créer des taches et éclaboussures réalistes en combinant l’épaisseur des brins de votre style avec le système de particules basé sur la physique.

Expression audio

Alors là, c’est la grosse surprise. Je n’y aurais pas pensé. Vous allez pouvoir inclure dans les réglages de vos styles les paramètres audio de votre système ou d’une source captée par un micro. Cela va interagir sur l’épaisseur et la diffusion du trait en apportant, suivant les réglages, des accidents dans la continuité de vos coups de pinceau. Personnellement je n’ai pas encore trouvé d’utilisation de cette fonction dans mon flux de production.

Interface utilisateur

Grosse nouveauté didactique pour le livre d’accueil, qui en plus de vous proposer les onglets habituels pour commencer ou reprendre un document, propose des didacticiels pour vous aider dans l’apprentissage de Painter. La fenêtre d’accueil vous propose aussi de télécharger des collections de styles réalisés par des professionnels, seul bémol, vous devrez vous acquitter d’un payement de 33 € par collection. L’affichage du document a été amélioré pour vous présenter votre travail dans les meilleures conditions indépendamment de la résolution du document. La gestion de la couleur s’améliore aussi en proposant des schémas de couleurs plus flexibles. Enfin une nouvelle présentation vous permet de travailler avec le minimum de palettes pour vous concentrer sur l’essentiel. Il y a aussi des fenêtres pop-up qui apparaissent au survol des options de styles pour vous aider dans le paramétrage de vos outils, ainsi qu’une palette « conseil » qui affiche en temps réel le mode d’emploi de l’outil ou la fonction sélectionné.

Styles Photoshop

Painter vous permet maintenant d’importer vos collections de brosses Photoshop directement dans Painter. Vous gardez les attributs des brosses importées et pouvez ensuite les modifier avec les vastes options de styles de Painter pour réaliser des styles originaux.

Apprentissage

Nouveauté bienvenue pour les débutants, les astuces et conseils présents au fur et à mesure de vos choix d’outils et d’actions. Vous pouvez à tout instant demander de l’aide en fonction des outils que vous sélectionnez.

Rotation du papier et des cartes de flux

Lorsque l’on commence une création dans Painter on commence par choisir son papier, l’application propose un large choix de supports en fonction de son inspiration et des outils utilisés. Jusqu’à Painter 2015 on subissait le sens de la texture du papier, aujourd’hui nous avons la possibilité d’orienter à notre guise le support. La même amélioration est proposée pour les cartes de flux qui servent à l’écoulement de la peinture avec l’aquarelle. Cette rotation des supports est une bonne chose, car dans la réalité nous le faisons en bougeant notre support pour arriver à des effets créatifs.

Blending 2.0

Le blending, c’est la fonction qui permet de mélanger différentes couleurs sur un plan unique ou superposé, avec un des styles mélangeurs. Cette fonction avait tendance dans les parties transparentes à créer des traces blanches, très désagréables. Avec l’amélioration apportée à cet outil, le phénomène ne se produit plus.

Pour terminer, on notera une amélioration de la boite à outils. Nous pouvions créer nos propres palettes et interfaces de travail pour personnaliser notre environnement. Aujourd’hui vous allez pouvoir partager une palette, des styles, ou l’ensemble de votre interface rapidement et facilement avec qui vous voulez.

En terme de performances j’ai noter une amélioration de la gestion 64 bits, ce n’est pas grand-chose, mais Painter est sensiblement plus rapide, et les blocages se font moins ressentir même avec de larges brosses, qui prennent énormément de ressources machine. La version 2015 était vraiment plus véloce que les versions précédentes, mais cette version 2016 fait un peu mieux.

Certains utilisateurs Windows s’étaient plaints de la mauvaise traduction en Français du soft, ce que je n’ai pas constaté sur Mac. Espérons que ce problème est résolu avec cette version 2016.

Vous constaterez au lancement de Painter que vous avez moins de styles dans les collections et moins de variantes dans celles-ci. Corel à choisi de simplifier les styles et de regrouper ceux qui étaient redondants. Rassurez vous vous pourrez toujours choisir de charger les styles 2015 ou antérieurs si cela vous perturbe.

Alors maintenant j’imagine que vous attendez mon sentiment et mes conseils sur cette version. Et bien, je suis mitigé et bien moins enthousiaste que pour la version 2015. Franchement, je ne m’attendais pas à une mise à jour cette année, mais les enjeux économiques en ont certainement décidé autrement, et la plupart de ces nouveautés me font penser à du remplissage pour justifier d’une version 2016. Alors il y a des nouveautés sympas, les nouveaux styles, les taches dynamiques, le blending amélioré, l’importation des brosses Photoshop. Un gros effort sur l’aide qui devient dynamique et s’adapte à l’utilisateur. Pour ma part il manque toujours la duplication du document en cours sur un deuxième écran pour avoir toujours en visu notre création dans son ensemble pendant que l’on travaille en mode zoom sur l’autre écran. L’outil dégradé, pas intuitif pour un rond, n’a toujours pas été revu, et les outils de sélections on peut évolués depuis bien longtemps, et pourtant on sait que Corel a été précurseur dans le domaine. En fait, le choix va se faire en fonction de votre utilisation de Painter, et de votre flux de production. Pour ma part, les nouveautés ne vont pas améliorer mon expérience utilisateur de l’application, et je ne trouve pas grand-chose pour justifier une mise à jour de 219 €. Pour celles et ceux qui n’auraient toujours pas franchi le pas avec Painter, alors cette version est bien mieux adaptée que toutes les versions précédentes, grâce à l’énorme travail réalisé sur l’aide dynamique et les conseils d’utilisation. C’est le plus de cette version, une application qui vous aide à la comprendre au fur et à mesure que vous l’utilisez. Si vous achetez Painter pour la première fois, alors il vous en coutera 425 €.

Voilà, pour ce petit banc d’essai de la nouvelle version de Painter. J’espère que mon opinion vous aidera à vous poser les bonnes questions si vous devez acheter ou réaliser la mise à jour de cette application, leader dans le domaine du « natural media ».

Le meilleur moyen de vous faire votre opinion étant de l’essayer, voici le lien de téléchargement .

Voici les configuration recommandées :

  • Windows
  • Windows 10 (64 bits), Windows 8.1 (64 bits) ou Windows 7 (64 bits) tous pourvus du Service Pack le plus récent
  • Intel Pentium 4, AMD Athlon 64 ou AMD Opteron (Intel Core 2 Duo ou supérieur recommandé)
  • 2 Go de mémoire vive (4 Go recommandés)
  • 750 Mo d’espace disque pour installer les fichiers programme*
  • Résolution écran 1024 x 768 (1280 x 800 recommandée)
  • Souris ou tablette
  • Lecteur DVD pour l’installation du logiciel
  • Microsoft Internet Explorer 11 ou ultérieure

 

  • Mac
  • Mac OS X 10.10 ou 10.9 (dernière révision comprise)
  • Processeur Intel Core 2 Duo
  • 2 Go de mémoire vive (4 Go recommandés)
  • 540 Mo d’espace disque pour installer les fichiers programme
  • Résolution écran 1024 x 768 (1280 x 800 recommandée)
  • Souris ou tablette
  • Lecteur DVD pour l’installation du logiciel
  • Safari v7 ou version ultérieure

Une réponse

Trackbacks/Pingbacks

  1. PAINTER 2018, les nouveautés valent-elles le prix d'une mise à jour ?

Laisser un commentaire

Sécurité * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

STYLE SWITCHER

Layout Style

Header Style

Accent Color